Quels sont les risques liés à la solitude chez les personnes âgées et comment les anticiper?

Comprendre

 Les psychologues s’accordent à dire que de nombreux troubles psychologiques et physiques seraient directement liés à la solitude. En effet, plus on vieillit, plus il est difficile de trouver des motifs pour s’activer et les cercles de sociabilité tendent à s’amoindrir : les enfants sont éloignés, les voisins ont changé, les amis ne sont plus là… Moins de moments partagés, plus de tristesse et c’est la dégringolade niveau santé. Cependant, il existe des solutions pour améliorer la situation. Avec le témoignage de Josselin, 57 ans, et de sa mère Brigitte, 79 ans, nous allons voir comment retisser des liens durables permet de retrouver le sourire et la santé !

“Je travaille à l’étranger, et je ne me suis pas rendu compte de l’état de santé psychologique de ma mère. Au téléphone, tout semblait aller correctement. Mais lors de ma dernière visite, j’ai compris que les choses n’étaient plus ce qu’elles avaient été…”

La solitude, la maladie du siècle ?

Selon le rapport de 2017 de la Fondation de France, cinq millions de français sont touchés par l’isolement, et un quart d’entre eux sont des seniors de plus de 75 ans. L’étude nous apprend également que 28% des personnes âgées isolées pensent que leur entourage ne s’intéresse pas vraiment à eux.

Les clés pour diminuer les risques psychologiques des seniors

 01. Deux moyens pour prévenir les facteurs physiques pouvant être à l’origine d’un déclin psychologique

  • Consulter un professionnel de santé
  • Équiper votre proche

Avec l’âge, nous assistons naturellement à une diminution des fonctions sensorielles et cognitives. Bien que ce vieillissement varie d’une personne à l’autre, il peut devenir un frein à la vie sociale.

“C’est lorsque nous avons fait les courses ensemble pendant l’une de mes visites que je me suis posé la question concernant sa vue. Immédiatement, nous avons pris rendez-vous chez son médecin pour contrôler sa vision et son ouïe.”

Josselin a eu le bon réflexe. Une déficience de la vue ou de l’ouïe peut être lourde de conséquences sur le comportement de votre proche, comme par exemple la hantise d’être en société et l’envie de se replier sur soi-même. Cet auto-isolement peut être perçu par l’entourage comme un désintérêt pour les autres, alors qu’il est en réalité le signal d’un mal être physique à prendre en compte.

La bonne nouvelle est qu’il n’est pas toujours trop tard pour récupérer et soigner ces déficiences. Nous vous encourageons donc à accompagner votre proche pour faire évaluer son acuité visuelle et auditive régulièrement. L’Académie Américaine d’ophtalmologie recommande par exemple un examen complet des yeux tous les 1 à 3 ans pour les sujets âgés de 55 à 64 ans et tous les 1 ou 2 ans ensuite. Les examens peuvent aider à préserver la vision et permettre une détection précoce des problèmes corrigibles ou traitables comme le la cataracte, le glaucome ou le DMLA. Quant aux tests auditifs, l’association Américaine Parole-Langage-Audition préconise d’en réaliser au moins tous les 3 ans après 50 ans. Notez qu’il faut parfois attendre quelques mois avant d’obtenir ce type de rendez-vous, mais certains établissements organisent des journées de dépistage gratuites. La journée nationale de l’audition, qui se déroulera d’ailleurs le 9 mars 2019, est propice à ce type d’initiatives. Nous vous conseillons donc de vérifier auprès des cliniques ou hôpitaux près de chez vous.

 02. Le lien social comme solution pour enrayer les risques psychologiques

  • Maintenir le contact
  • Développer leur vie sociale

L’isolement, c’est presque un phénomène structurel comme le chômage”, a commenté sur Franceinfo Martine Guère, experte solidarités de la Fondation de France. “On est dans une société qui produit de la solitude”. C’est pourquoi il faut d’autant plus être vigilant avec nos proches. Pris dans notre quotidien, nous oublions parfois d’être présent pour nos aînés. Pas de panique ni de culpabilité, mais de l’action !

En effet, il ne s’agit pas d’assumer l’entière responsabilité de la perte de lien social de votre proche, mais de l’aider à le reconstruire. Pour placer votre proche au coeur d’une dynamique sociale, il y a deux points fondamentaux : faire qu’il retrouve sa mobilité et qu’il se sente utile.

Cela peut passer par la pratique d’activités en groupe, la participation à une association, la rencontre avec d’autres seniors pour discuter… Il est important que votre proche soit de nouveau entouré.

“Suite à son rendez-vous chez le médecin, elle m’a dit qu’elle se sentait seule et souhaitait de nouveau être entourée au quotidien. Ensemble, nous avons commencé à évaluer les multiples solutions qui s’offraient à nous, puis nous avons fait le tour des différentes associations.”

 03L’entourage peut agir pour le bien-être de la personne âgée

  • Positiver
  • Mettre votre proche au centre des décisions

Dans ce genre de situation, le plus difficile est d’aider votre proche sans faire les choses à sa place. Vous pouvez l’inciter à s’inscrire à telle ou telle activité, vous renseigner et l’informer sur une association ou l’accompagner à un atelier en particulier, mais il est préférable de ne pas s’approprier la décision. Il faut le laisser être moteur de sa vie pour lui donner les moyens de retrouver sa confiance en lui, et l’envie d’agir de nouveau avec les autres.

Enfin, il est primordial que votre attention et intérêt pour la vie sociale de votre proche soient maintenus dans le temps. Votre action comme la sienne sera plus porteuse de changement si elle est inscrite dans une finalité.

Aussi, ensemble, n’hésitez pas à vous donner des objectifs pour maintenir l’enthousiasme du début et stimuler toujours plus son intérêt pour ce qu’il fait.

“Ma mère vit maintenant en résidence seniors. Petit à petit, elle a tissé des liens avec d’autres résidents qu’elle voit pour une partie de bridge, prendre le thé ou déjeuner au restaurant de la résidence. Par le personnel, je sais qu’elle se promène régulièrement dans le parc et qu’elle participe parfois à leurs activités. Je suis rassuré de la savoir entourée, et le changement est tellement visible ! Elle a retrouvé toute sa gaieté, c’est un vrai cadeau…”

Vous avez rencontré des difficultés similaires avec votre proche ?