Le village Ogimi : la clé du bonheur éternel à la japonaise

Vivre

Un japonais célébrant le Hanami : coutume consistant à admirer les cerisiers en fleur entre fin mars et début avril

Vous l’aurez sûrement déjà entendu dire, le Japon est le pays des paradoxes. Aujourd’hui, nous vous proposons de nous intéresser à l’une de ses îles où l’espérance de vie est la meilleure au monde : 83,3 ans en moyenne selon les Nations Unies pour les habitants d’Okinawa. Nous nous pencherons en particulier sur le village d’Ogimi, où le nombre de centenaires atteint des proportions remarquables. Sur ses 3 500 habitants, Ogimi compte 1 050 personnes de plus de 60 ans, 100 de plus de 90 ans et 16 ayant dépassé les 100 ans. Quels sont les mystères du bien vieillir à Ogimi ? Que font ses habitants de spécial pour rester en forme si longtemps ?

Dans la suite de cet article, nous tenterons de percevoir les particularités de ses habitants pour nous en inspirer à notre tour dans notre vie de tous les jours.

Les secrets de santé pour bien vieillir selon les Japonais d’Ogimi

 01. Se connaître soi-même

  • Être en harmonie avec soi-même
  • Savoir s’écouter quand il le faut

Au Japon, il existe un concept particulier pour apprendre à se connaître à chaque étape de la vie. Il s’agit de l’ikigai. Littéralement, l’ikigai correspond au sens de la vie, « iki » = vie ou être en vie, et « gai » = ce qui vaut la peine. Ainsi, connaître son ikigai revient à savoir pourquoi nous nous levons chaque matin, ce qui nous motive et donne un sens à notre vie au moment présent. En faisant une introspection sur ce que l’on aime, ce pourquoi nous sommes naturellement doués et ce qui nous permet de gagner de l’argent pour vivre

nous pouvons trouver notre ikigai, et donc notre mission de vie

Bien sûr, il change au cours de la vie. C’est pourquoi pour bien vieillir, il est important de régulièrement faire cet exercice d’introspection pour rester en accord avec qui nous sommes et toujours trouver un sens à notre vie. Savoir pourquoi on est là, ce que nous voulons faire et ce que nous voulons transmettre : rester synchronisé.

Mode d’emploi : pour trouver votre Ikigai, imprimez le schéma ci-dessous et prenez un stylo pour le remplir.

 

1 – Écrivez l’ensemble des qualités qui vous correspondent.

Il n’est pas toujours facile d’être objectif et de voir ce qu’il y a de mieux en nous, mais pensez aux qualités que vos proches et connaissances vous attribuent : quels sont les talents et mots avec lesquels on vous décrit généralement ?

2 – Parmi cette liste, sélectionnez 3 qualités ou compétences 

Surlignez celles qui sont les plus représentatives ou importantes à vos yeux

3 – Rappelez-vous de votre enfance : notez les 5 choses que vous appréciez faire 

Réfléchissez à ce qu’elles vous ont apporté, ce qu’elles suscitent aujourd’hui en vous (indifférence, regrets, remords, colère…) et comment vous pourriez en réintégrer certaines dans votre quotidien.

4 – Enfin, dessinez 3 colonnes, puis écrivez 3 choses que vous n’avez pas ou n’êtes pas et que vous enviez.

A côté, écrivez l’envie / le désir qui se cache dans ces 3 souhaits puis réfléchissez aux actions que vous pourriez mettre en marche pour les obtenir.

Cet exercice peut être un premier pas vers la découverte de votre Ikigai

Cet exercice permet de prendre le temps d’apprécier et de connaître les changements de notre corps, mais aussi de notre état d’esprit. Avec l’avancée en âge*, il n’est pas toujours évident de faire face aux changements physiologiques. Se connaître à chaque étape de la vie est une des clés permettant d’être heureux et serein longtemps.

*http://sijeveux.fr/10-ans-apres-sa-retraite/

 02. S’alimenter en pleine conscience

  • Reconnaître les sensations de satiété
  • Éviter le superflus et les produits transformés

Après s’être occupé du mental, il est important de regarder ce que votre proche met dans son assiette. La paix intérieure ne va pas sans une alimentation équilibrée*. En vieillissant, notre métabolisme se transforme et a de nouveaux besoins. Pour y répondre, nous devons être vigilants avec ce que nous mangeons. Pour ce faire, les centenaires d’Okinawa ont aussi leur propre méthode.

Tout d’abord, ils privilégient une alimentation quasi végétarienne. Les légumes et les fruits frais prennent la majeure partie de l’assiette. Ensuite, ils se tournent davantage vers les poissons et les fruits de mer pour leurs apports en protéines. Les produits transformés et industriels sont évités, et le sucre pas trop consommé.

Enfin, les Okinawaïens sont également célèbres pour ne jamais manger jusqu’à être rassasié, et s’arrêter avant. Ils s’arrêteraient au 8/10ème de leur capacité. Cette coutume est aujourd’hui reconnue par les scientifiques comme ayant un impact direct sur la longévité de l’organisme.

Bien sûr, il ne s’agit pas pour votre proche d’être sous-alimenté. Il s’agit d’avoir une alimentation parfaitement en accord avec ses besoins nutritifs mais en fractionnant davantage les prises de repas pour éviter d’alourdir le métabolisme lors de la digestion.

*http://sijeveux.fr/limportance-dune-alimentation-equilibree-chez-les-seniors

 03. Ne jamais « prendre sa retraite »

  • Pratiquer des activités physiques et cognitives
  • Trouver comment se rendre utile à la société

Comme nous l’avons vu à travers le concept de l’ikigai, une fois que vous connaissez ce que vous voulez faire, pourquoi et comment, il faut passer à l’action. Cela n’est pas nouveau, mais il est toujours important de le dire, il faut rester actif !*

En effet, il s’agit de rester acteur de sa vie jusqu’au dernier jour. Ne pas se laisser aller mais continuer à profiter de la vie pour découvrir, expérimenter et finalement se surprendre.

*https://sijeveux.fr/rester-actif-pour-bien-vieillir/

 04. Bien s’entourer

  • S’inscrire à des associations et clubs
  • Rester ouvert au changement

La famille, l’amitié, le voisinage… sont autant de cercles pour trouver de l’affection et maintenir un contact social dans nos vies, et encore plus pour nos seniors ! En effet, l’exemple d’Ogimi est également significatif en ce sens. Ici, les centenaires participent à de nombreux événements de la ville et surtout se retrouvent à travers différents groupes. Lorsqu’ils ont été interrogés, il a été mis en évidence qu’au-delà de l’aspect social et convivial, ces groupes étaient également de véritables soutiens moraux et financiers.

En se rassemblant, les habitants d’Ogimi ont trouvé le moyen de pallier leurs angoisses et leur stress. Cela leur permet d’être moins inquiets au quotidien et d’appréhender le futur de façon optimiste. En atteignant cette stabilité affective et matérielle, ils peuvent se concentrer sur le développement de leur activité et sur ce qui les rend heureux.

Vous souhaitez en savoir plus sur l'Ikigai ?