Communiquer avec ses parents :
et si ça commençait entre frères et sœurs ?

Se parler

Lorsque les parents perdent leur autonomie, ce sont les enfants qui doivent prendre le relais et les soutenir pour le bien-être de toute la famille. Ce moment peut être vécu comme une opportunité pour (re)trouver une harmonie familiale et repartir sur de nouvelles bases, tous ensemble. Magalie, 62 ans, par son histoire familiale, nous permettra de comprendre comment dépasser les conflits du passé  et être présent pour ses parents.

“Avant, je n’aurais jamais dit “j’ai une famille formidable !” mais, aujourd’hui, j’ai envie de le dire ! Le grand tournant, ça a été lorsque mes parents ont eu besoin de nous. Ils n’arrivaient plus à faire face au quotidien, mais ils n’ont accepté cette réalité seulement lorsque nous avons réussi à nous réunir, et à leur tenir le même discours”, témoigne Magalie.

“Le conflit est aussi normal que la bonne entente”, comme l’expliquent Dominique Picard psychologue et co-auteur de “Les conflits relationnels”, aux éditions “Que sais-je ?”. La co-auteure souligne le besoin de trouver le temps, le contexte et l’empathie nécessaires pour rétablir un rapport de place satisfaisant pour chaque membre de la famille, car “les personnes qui nous énervent autant un jour, ne seront pas toujours là”.

3 pistes pour se parler, s’écouter et agir pour le bien-être de ses parents.

 01. Comment recréer du lien ?

  • Ne pas juger et valoriser les atouts de chacun
  • Se mettre à la place de l’autre pour mieux le comprendre
Le bien-être des parents passe par l’harmonie familiale. Lorsque la situation change et le rapport de place parents/enfants se fragilise, cela peut-être l’occasion d’analyser ce qui ne va pas pour trouver une solution adaptée à chacun.

“J’ai un frère et une soeur. Le lien n’était pas évident à reprendre car beaucoup de rancoeurs liées à l’enfance étaient présentes entre nous. Il nous a fallu les dépasser et réussir à arrêter de se juger les uns les autres. Ce passage n’était pas facile mais en prenant la place de l’autre, nous avons pu revenir sur des événements douloureux avec calme et sérénité. C’était primordial de se rapprocher pour trouver des solutions pour nos parents qui commençaient à montrer des premiers signes de faiblesses.” raconte Magalie.

Pendant l’enfance de nombreuses croyances et jalousies peuvent voir le jour. Adultes, il est important de les déconstruire pour arrêter de nourrir des jugements qui portent sur des actions ou comportements du passé. Ensuite, comprendre l’Autre, la place qu’il a occupé au sein de la fratrie et son rapport avec ses parents, est un passage riche d’enseignements afin d’établir des relations plus objectives pour le futur.

 02. Comment exprimer ses émotions ?

  • Accepter les émotions avec empathie, celles des autres et les siennes
  • Exprimer ce que l’on ressent en utilisant la première personne “je”
“Je ne dis pas qu’au premier appel de ma soeur, nous avons répondu présents. Non, ce n’était pas le cas. Mais rapidement, nous avons décidé de nous voir sans nos compagnons de vie, pour un déjeuner, et mettre les choses au clair sur la situation de nos parents.” Dans des situations particulièrement chargées émotionnellement, le contexte est primordial. Aussi, il est préférable de définir un cadre neutre dans lequel chacun sera capable de s’exprimer. Dans ce cadre, l’empathie est une condition de réussite du dialogue et de la résolution des tensions passées.
Il ne s’agit pas de “tout déballer, si l’on n’est pas capable de tout entendre” avertit Dominique Picard. “Nous nous sommes exprimés à tour de rôle sur les griefs que nous avions envers les uns et les autres en faisant attention de rester concentrer sur nos sentiments pour ne pas commencer à imaginer ce que l’autre pourrait penser.” Bien souvent nous formulons des suppositions sur les sentiments de l’Autre. En faisant l’effort de ne parler qu’à la première personne du singulier, cela nous oblige à exposer nos sentiments et non  à émettre des jugements à l’égard de l’Autre.

 03. Comment sortir positivement du conflit ?

  • Se donner du temps et prévoir plusieurs étapes pour réguler les relations
  • Entretenir ses liens avec générosité et sincérité
En faisant preuve de bienveillance et d’écoute, il devient possible d’aborder le partage des responsabilités au sein de la famille, en fonction des qualités de chacun, pour retrouver une stabilité dans les liens familiaux.

“C’est après plusieurs mois que nous nous sommes mis d’accord. Nous avons ritualisé nos rencontres, puis, nous nous sommes donnés des objectifs précis. Je m’occupais de constituer le dossier de mes parents, ma soeur devait rechercher les différentes solutions d’habitation, et mon frère gérait tout le côté médical. Cette organisation nous a permis d’avancer sur un pied d’égalité.” 

La grande bataille des parents est de voir que les frères et soeurs s’entendent bien. Plus que des les rassurer, la cohésion familiale est une véritable réussite dans leur vie. Avec elle, il devient plus facile de prendre des décisions qui auront un impact sur toute la famille.

“L’enjeu du bien-être de nos parents nous a fédéré plus que jamais. Pour être franche, je ne m’attendais pas à découvrir, à mon âge, le plaisir et la chaleur d’une fratrie…”, nous confie Magalie.