Comment faire face aux risques physiques de l’avancée en âge ?

Comprendre

Vieillir, oui, mais dans de bonnes conditions ! Tout l’enjeu est de préserver le plus longtemps possible l’autonomie de votre proche, d’où l’intérêt de pratiquer une activité sportive garantissant un mieux-être physique, mais aussi social et cognitif. Avec la participation de l’association Siel Bleu et le témoignage de Virginie 59 ans, sur l’expérience de son père, Pierre 86 ans, nous découvrons comment améliorer la qualité de vie des seniors avec le sourire !

“Depuis son arrivée en résidence seniors, mon père a repris des activités physiques. Il ne m’en a pas parlé directement, mais je m’en suis rendue compte car il avait retrouvé une énergie que je ne lui connaissais plus ! De le voir aussi rayonnant et enthousiaste, c’est un vrai bonheur. Et du coup, lorsque je vais lui rendre visite, nous en profitons pour faire des balades, c’est un retour à nos habitudes d’avant.”

Catherine Sartoretti Hiegel, Responsable nationale Siel Bleu nous explique comment la fragilité des seniors est appréhendée par ses équipes depuis 20 ans. “Nous agissons sur trois plans : social, physique et pathologique, et toujours avec la collaboration des équipes des résidences services seniors dans lesquelles nous intervenons. Ces dernières années, les bienfaits d’une activité physique pour les seniors a été même reconnue comme prévention et thérapie non-médicamenteuse par la Haute Autorité de la Santé”, mentionne-t-elle.

Les bons conseils pour garantir à votre proche une longévité en bonne santé !

 01.
“Déclencher de l’intérêt”

  • Informer sur les bénéfices d’une activité physique à tout âge
  • Rappeler les conséquences positives sur les plans cognitif et social

“Parler de “sport “ et de “seniors” dans la même phrase sans faire sourire n’a pas toujours été facile, mais cela ne nous a jamais dérangé pour continuer notre mission”, nous raconte Catherine Sartoretti Hiegel, car il faut savoir qu’un sénior peut regagner en masse musculaire et améliorer la densité des os grâce à l’activité physique, avec des résultats indiscutables sur la prévention du diabète, de l’ostéoporose, de l’arthrose, des cancers, des risques d’AVC, et bien sûr, de l’obésité.

Et ce n’est pas tout, l’estime de soi est une des clés fondamentales dans la pratique d’une activité physique. Se sentir mieux dans son corps permet de se sentir mieux dans sa tête, d’accepter son âge et de continuer à s’aimer. Aussi, afin d’informer les seniors sur tous ces enjeux, les équipes Siel Bleu proposent fréquemment des conférences afin d’expliquer les bienfaits d’une activité physique et l’impact positif sur l’ensemble du corps et de l’esprit.

“Après le décès de ma mère, mon père n’avait plus eu envie d’aller marcher dans le parc comme il le faisait tous les jours. Aussi, le voir reprendre soin de lui, plusieurs fois par semaine, ça me fait vraiment plaisir. Il se tient plus droit et je le trouve également plus enclin à engager une discussion avec d’autres résidents.”

 02.
“Proposer une activité adaptée”

  • Ecouter avec bienveillance les appréhensions de votre proche
  • L’encourager dans sa pratique et remarquer ses progrès

Pour beaucoup de seniors, il y a des a priori dans le fait de reprendre ou commencer une activité physique à leur âge. La peur de l’échec est omniprésente. “Nous entendons souvent des phrases comme : je ne serai pas capable de…, est-ce que je vais y arriver ?”, nous confie la Responsable nationale Siel Bleu.

C’est pourquoi, ici, la catégorisation par âge pour les activités ne fonctionne pas. La situation de chaque personne est à prendre en considération, en fonction de ses objectifs et de ses goûts. “Notre priorité est de proposer une activité adaptée aux participants pour qu’ils soient capables d’atteindre leurs objectifs, de réussir à faire les mouvements, et finalement, de se faire du bien”, conclut Catherine.

“Mon père a commencé un cours de gym tonique pour seniors actifs. Il m’a expliqué qu’il n’était pas plus de 15 personnes par cours et que les mouvements n’étaient pas exactement les mêmes pour tous. Tout est adapté aux besoins et particularités de chacun… Honnêtement, en l’entendant en parler, j’aimerais également y participer !”

 03.
“S’amuser avant tout”

  • Inciter votre proche à s’activer au quotidien
  • Savoir le protéger sans le sur-protéger

Le sourire est notre indice de réussite ! Nous souhaitons propoer un moment de sociabilité avant tout”, nous explique Catherine. “En mettant au centre le plaisir, l’échange et le partage, cela nous permet de travailler la motivation et de lutter contre l’isolement”.

Avec les années, nous avons remarqué que si la personne participe à une ou deux séances, c’est gagné ! Le résident doit être libre de venir quand bon lui semble, c’est à nous de réussir à créer l’envie et la maintenir.”

En général, les interventions proposées au coeur de la résidence sont d’une à deux fois par semaines. Sachant qu’il est préconisé de pratiquer une activité trois fois par semaine, n’hésitez pas à stimuler votre proche afin de l’aider à créer le plus de prétextes possibles pour sortir et bouger.

“Avec le recul, je me rends compte que, ces dernières années, j’étais très inquiète pour mon père. J’avais toujours peur qu’il lui arrive quelque chose… Mon attitude n’a certainement pas dû encourager ses prises d’initiative. Aujourd’hui, en le voyant plein d’élan et d’énergie, je comprends mon erreur et je souhaite maintenant l’encourager à sortir davantage, même tout seul.”