” A un moment, il faut vraiment accepter de lâcher pour vivre pleinement.”

S'inspirer

Félix, 86 ans, souriant, cheveux bien coiffés, surprend par son style fringuant. Félix porte tous les jours un costume surmonté d’une cravate. Cet ancien chef d’entreprise ne laissait en rien présager son arrivée au coeur d’une résidence séniors, en région parisienne…

“Avec ma femme, nous habitions depuis des années une belle propriété dans le sud de la France, près d’Aix-en-Provence. Notre vie de retraités était bien réglée, je dois dire. Ma femme, Marie-Cécile, s’occupait de la maison comme elle l’avait toujours fait alors que je gérais notre imprimerie familiale du temps de mon activité. Les choses ont radicalement changé lorsqu’elle a eu un grave accident.
Ce fut un moment douloureux et pleins d’incertitudes pour toute la famille. Marie-Cécile fut hospitalisée à plusieurs kilomètres de notre habitation. J’ai ainsi commencé à jongler entre les allers-retours et l’intendance de la maison. Je ne m’en étais jamais occupé  auparavant. J’étais dépassé par tout.

Heureusement, mes enfants sont venus me prêter main forte. Mais cette solution ne pouvait être durable. Même après sa sortie d’hôpital, ma femme allait avoir besoin de nombreux soins et une présence constante. Je n’allais pas pouvoir la laisser seule une minute.
Nous en avons discuté tous ensemble et mes enfants ont commencé à me parler des résidences seniors comme solution d’habitation. Bien sûr, ils nous demandaient de se rapprocher d’eux et donc de quitter le sud pour la région parisienne. Je ne peux pas dire que cette décision fut facile à prendre mais je ne la regrette pas un seul instant. Ma femme est avec moi et nous avons recréé un nouvel équilibre de vie”.

Félix et Marie-Cécile habitent maintenant dans une résidence séniors en région parisienne près de l’une de leurs filles. Les premières années, il s’occupa seul de sa femme, en faisant les courses et les repas.  Puis, sur le conseil de ses enfants, il finit par faire appel à des soins à domicile pour le soulager physiquement et psychologiquement.

Désormais, il profite de sa vie sociale au sein de la résidence. Félix participe aux activités proposées et, a mis ses compétences de chef d’entreprise au service de la communauté en acceptant le poste de président du comité des résidents. “A un moment, il faut vraiment accepter de lâcher pour vivre pleinement !”, conclut Félix, les yeux rieurs.